ArchiTous
Salam, bienvenue:

La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.

أهلا وسهلا بك زائرنا الكريم، إذا كانت هذه زيارتك الأولى للمنتدى، فيرجى التكرم بالتسجيل إذا رغبت بالمشاركة في المنتدى، أما إذا رغبت بقراءة المواضيع والإطلاع فتفضل بزيارة القسم الذي ترغب أدناه.
Derniers sujets
»  exempls de Memoires M2 pour systeme classique intégré EN M2
Ven 7 Avr 2017 - 13:41 par archi

» Les cours Projet urbain CVP
Sam 15 Oct 2016 - 15:37 par imen

» urgent !!!!
Mer 12 Oct 2016 - 15:17 par nuno abdenour

» inscription M2 pour le système classique???????
Lun 15 Aoû 2016 - 17:57 par some body

» pdau et pos constantine
Ven 6 Mai 2016 - 1:31 par architima

» Aide moi svp sur *Architecture hôtelière *
Mer 4 Mai 2016 - 16:20 par nadourbain

» bibliothèque de livres de l'architecture et de la construction
Sam 12 Mar 2016 - 1:42 par archi

» un thème pour le memoire de recherche
Sam 12 Mar 2016 - 1:39 par archi

» Histoire De L'architecture - De L'antiquité a Nos Jours FREEEEE
Mer 24 Fév 2016 - 16:38 par lako

» Aide moi svp
Jeu 14 Jan 2016 - 14:24 par nadourbain

» la wilaya De Mostaganem
Mer 9 Déc 2015 - 16:12 par amina aicha

» Villes intelligentes (« smart cities »)
Mer 9 Déc 2015 - 16:09 par amina aicha

» méthode ilustrée de création architecturale
Dim 6 Déc 2015 - 22:15 par amina aicha

freedom and justice to Palestine

ARCHITOUS HOUR
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 126 le Jeu 8 Sep 2011 - 20:38
la dualité: bonheur/malheur

« Lorsque le malheur touche l’homme il est plein d’impatience;et lorsque le bonheur l’atteint, il devient insolent. »le Coran el Karim


bonheur naît du malheur, le malheur est caché au sein du bonheur


On n'est jamais si malheureux qu'on croit ni si heureux qu'on avait espéré.


Le vrai bonheur coûte peu; s'il est cher, il n'est pas d'une bonne espèce.



Les 6 projets sélectionnés pour la 1ere édition du concours Algéro-Tunisien sur l'Architecture Innovante + les résultats

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les 6 projets sélectionnés pour la 1ere édition du concours Algéro-Tunisien sur l'Architecture Innovante + les résultats

Message par archi le Jeu 16 Mai 2013 - 19:55

Concours organisé par Architous et Blogue Archi

Participation n°1 de l'architecte Tunisienne Chaima Oueslati

Le programme :
1- Un jardin biologique, coeur du projet, autour duquel s’organisent les autres unités spatiales.
2- Une université virtuelle et une médiathèque.
3- Un complexe sportif
4- Des logements pour les étudiants de l’université.
5- Des bureaux
6- Des commerces
Le site :
Le projet se situe au coeur de la ville de Bourgoin-Jallieu, à proximité d’une voie piétonne commerciale et très animée, et trois voies carrossables. Le tissu urbain, dans lequel s’inscrit le site, est caractérisé par sa forte densité, malgré la présence d’une esplanade publique, utilisée comme parking.

Parti architectural :
Modularité, flexibilité, aptitude à la transformation et adaptabilité, sont autant de principes
que le projet essaye de considérer dans le but d’apporter une réponse architecturale
innovante, durable et renouvelable au sein d’une ville en pleine mutation et évolution.
Deux types d'espaces ont été définis:
1 – Espaces susceptibles à accueillir des activités pérennes et constantes : Bibliothèque,
université virtuelle et équipements sportifs, qui occupent deux grands blocs situés aux

extrémités de la parcelle. Ces blocs, appelés aussi « monolithes », ont été modélisés et
sculptés en fonction de l'ensoleillement et du contexte urbain (voir images processus).

2 – Espaces flexibles et modulables en forme de boîtes. Ces dernières sont évolutives,
détachables, remplaçables et peuvent se connecter entre elles, proposant ainsi différentes
configurations spatiales allant d’un studio d’un étudiant, de 16 m² de superficie, à un
appartement de 32m² ou encore à un espace de travail et bureaux de 76m² ; ce qui
répondrait à une diversité d’activités et demandes variées. Ces modules sont accrochés à des
infrastructures verticales, comportant les différents réseaux techniques ainsi que les
circulations verticales (voir images processus, structure et modules).

3-Les gradins situés des deux cotés de la parcelle permettent un accès aisé à partir des rues
les plus fréqeuntées, ce qui crée une sorte de rue interne animant les différentes parties du
projet et favorisant la continuité entre ce dernier et son environnement.








Participation n°2 de l'architecte tunisienne Samia Ben Abdallah

Samia Ben Abdallah : Samia Ben Abdallah, 33 ans, architecte diplômée de l’école nationale d’architecture et d’urbanisme de Tunis et fondatrice de BA-Studio a Tunis.
philosophie d’architecte.
Le non-déterminisme formel définit mon approche. J’essaie de ne pas avoir un style prédéterminé, ainsi chaque projet est le résultat d’une relation étroite avec le site, le lieu et ses usagers. Il s’agit d’une approche contextuelle, fonctionnelle et « intuitive ». Je crois que la qualité architecturale est le résultat d’un long processus continu et régulier dans le temps. Le projet est un dialogue entre maîtres d’ouvrage, consultants, entreprises et usagers. Nous travaillons étroitement avec tous les intervenants afin d’aboutir aux meilleurs résultats à travers la synthèse de concepts fonctionnels, esthétiques, structurels et contextuels.
Cette villa est située dans la zone touristique de Midoun à Djerba. Le terrain est de forme rectangulaire et fait 1000m². La maison comporte principalement, au RDC, un salon-salle-à-manger, une suite parents, une suite invités, et à l’étage 2 suites enfants ; une piscine sur laquelle donnent les pièces nobles de la maison. La superficie couverte totale est de 450m². Le budget se situe aux alentours de 500MD.
Les maitres d’ouvrages, un couple de Bretons amoureux de Djerba., ont choisit l’île pour y construire leur nid pour les vacances. La contrainte principale était celle de bâtir une maison simple alliant l’architecture traditionnelle au confort de l’architecture contemporaine. Une des conditions les plus importantes était la vue sur la piscine et le jardin partout dans la maison. L’absence de vis-à-vis avec les voisins étaient une prérogative des mes clients. La sauvegarde de l’intimité de la villa par rapport à la rue également était une condition posée par les maîtres d’ouvrage depuis le début.
En ce qui me concerne, je trouve cet exercice passionnant car l’architecture traditionnelle de type vernaculaire a toujours puisé ses principes dans une démarche purement rationnelle, dépouillée de tout artifice. Et la beauté de l’architecture Djerbienne réside dans la simplicité, la cohérence, l’intégration au site en composant entre les besoins de ses habitants et les conditions climatiques dures, arides ainsi que les questions de défense dues au passé riche en invasions de l’île.
Donc au final, je trouve que les concepts qui mènent à l’architecture traditionnelle sont des concepts universels et donc modernes. L’interprétation de ces principes appliqués à certaines données de fonctionnalité, d’orientation, d’implantation par rapport au voisinage mène à une lecture de l’espace qui est tout à fait contemporaine.
Je dirais que plus qu’un choix, c’est une évidence que celle d’utiliser des formes simples. L’intégration du projet impose un vocabulaire épuré, fait de volumes cubique, de pleins et de vides, d’ombre et de lumière. Quant à la blancheur, elle fait partie de la tradition Djerbienne et est ce qui est le plus adéquat dans un contexte climatique méditerranéen, qui plus est au sud de la Tunisie.
L’enfilade des accès permet de voir le fond du jardin depuis le porche d’entrée. Le hall d’entrée est en double hauteur permettant ainsi une lecture facile de l’organisation des plans RDC et 1er étage. La maison est baignée de lumière grâce à un équilibre des pleins et des vides. La nature est omniprésente grâce au mini patio et les allées de jardins intégrés dans le volume. Deux terrasses jardins à l’étage permettent également d’être en contact avec la terre et les végétaux même à l’étage. La salle à manger et le bureau ouvrent sur un mini-patio végétal. L’intégration « d’espaces verts » dans la maison permet de multiplier les ouvertures et les vues outre le rôle rafraichissant. Par un jeu de hauteur très subtil la terrasse du salon est quasi-constamment à l’ombre, bien qu’orientée au Sud. Le puits Djerbien apporte sa touche locale. Les volumes de la maison sont purs, à l’intérieur comme à l’extérieur.
Les parois latérales de la villa R. sont en double-cloison et laine de roche. Les terrasses sont isolées grâce à du polystyrène ainsi que de la terre végétale pour certaines surfaces accessibles. Il existe un chauffe-eau solaire et un système de filtre à roseaux, qui utilise zéro énergie et zéro rejet, pour assainir les eaux usées évacuées dans la fosse sceptique qui vont être utilisées pour l’arrosage du jardin une fois filtrées.
En ce qui concerne l’orientation, nous avons placé les pièces principales et nobles de la maison de manière à se protéger des vents dominants de l’île. Ces mêmes pièces sont orientées au sud pour profiter de la vue de la piscine été comme hiver. Et pour éviter les grosses chaleurs à l’intérieur de la maison, on a eu recours au double vitrage et un maximum d’ouvertures à l’intérieur de mini patios plantés où la température est moins importantes qu‘en plein soleil. Par ailleurs, les terrasses couvertes ont été réfléchies de manière à protéger des rayons solaires directs à l’intérieur de la maison. Les ouvertures à l’ouest sont réduites afin d’éviter la chaleur de l’après-midi des mois d’été.
Je dirais donc que la villa R. est respectueuse de la nature pour les différents points que je viens d’expliquer.









participation n°3 de l'architecte Algérien BECHLA BELKACEM LAMINE
Nom du projet: Conservatoire de musique au Telemly
Lieu du projet: Telemly (Alger)
Nom de l’architecte: BECHLA BELKACEM LAMINE
Nom de l’option: Projet intégré et Qualité architecturale

La ville par définition se compose de deux espaces:
Espace bâti : c’est tout ce qui est bâti ou construit dans une ville, il représente l’histoire, la mémoire et l’identité de la ville .
Espace non bâti : ces espaces structurent la ville, et participent aussi à la mémoire et l’identité de la ville. Parmi eux on peut citer les rues, les places publique, les jardins etc…
Parmi ces vides, il nous arrive parfois de trouver des espaces qui ne participent pas à la structuration de la ville mais bien au contraire participent à son Chaos. Ces espaces sont appelés des interstices urbains, se sont des espaces qui créent des ruptures et des discontinuités fonctionnelles et formelles dans la ville, allant parfois jusqu’à constituer des lieux marginaux support d’activités néfastes telle que la vente et la consommation de la drogue.
Ainsi et à partir de là, nous avons songés à réinvestir ces lieux afin de les réinsérer et de les revaloriser pour contrecarrer au chaos urbain qu’ils provoquent. Ceci passe par l’injection de nouvelles fonctions aptes à permettre d’assurer à nouveaux la continuité et l’homogénéité fonctionnelle et formelle de la ville
Les principaux objectifs que se fixe d’atteindre notre projet a savoir Conservatoire de musique est de Requalifier l’interstice urbain en répondant aux besoins des habitants et faire revivre son environnement . Nos principes d’intervention consistent a l’inscription dans la continuité et l’homogénéité du tissu tout en préservant son histoire et sa mémoire sans pour autant chercher a reproduire l’existant tel qui est ( monotonie) ce qui va engendrer une fausse identité du tissu ou bien créer une rupture totale avec le tissu ce qui constitue une rupture vis-a-vis de l’environnement .et penser a faire une architecture qui Répond aux besoins de la génération d’aujourd’hui sans compromettre la génération de demain à savoir s’inscrire dans les préceptes du développement durable.







participation n°4 de l'architecte algérienne Araour Hiba

PROJET : STADE 50000 PLACES A MOHAMMADIA
L’objectif de l’intervention consiste à développer Alger dans la trame métropolitaine par le renforcement des équipements et fonctions de haute importance.
1) Le choix du site :
Le choix s'est fixé sur la ville de Mohammadia. Le site est choisi vu ses
potentialités
situation à la porte de la métropole algéroise
bonne accessibilité grâce à un réseau routier important
proximité par rapport à la gare routière, port, aéroport, station
de tramway, hôtels,...etc
disponibilité foncière pour des projets de grande envergure

L’objectif :
L’objectif primordial est de faire de la commune de mohammadia un centre susceptible de prendre place dans le grand projet Alger-métropole,
Ainsi que :
Donner un caractère de centralité à ce quartier et favoriser la continuité spatiale, fonctionnelle et architecturale.
Donner à ce secteur de la ville un caractère urbain de forte hiérarchie en créant un pôle sportif
Introduire de nouveaux systèmes constructifs développés.
Pour le périmètre d’étude il est délimité par :
l’autoroute est du coté nord,
La RN 5 du coté sud
La RN 24 du coté ouest et du coté est
Les concepts:
- L’articulation :
Notre projet en lui-même est un élément d’articulation entre la partie nord et la partie sud de mohammadia
- La continuité :
Elle se définit comme la corrélation et la complémentarité entre différents éléments du projet.
- Le parcours :
C’est une succession de séquences qui servent à relier les moments crées dans la proposition
- La hiérarchie :
Elle est matérialisée par la création de trois moments :
Le premier : est un moment d’arrivée des spectateurs.
Le 2eme : est un moment de distribution
Le 3eme est un moment le regroupement des spectateurs (explication sur maquette)
- La poly fonctionnalité :
Le projet accueille plusieurs activités à savoir l’activité sportive, culturelle et de détente et loisir.
- L’espace public :
C’est les différents espaces de détente, les places et les espace verts qui favorisent la rencontre et la sociabilité.
- La centralité :
Le projet constitue un support de centralité.
Raccordement du projet avec le réseau routier existant en créant des échangeurs et des voies de dédoublement.•
Réalisation de passerelles reliant notre assiette avec les autres parties du site.•
Structuration de l'assiette d'intervention par des parcours qui organisent et guident le flux.•
Implantation des équipements de grande envergure : une piscine, salle omnisport et le stade qui constitue notre projet•
Création d'un grand parking pour le projet et qui peut servir la ville en d’hors des jours de compétitions.•
Aménagement des espaces verts.•
Aménagement des espaces publics en accentuant sur les placettes pour favoriser les rencontres•
Implantation d'une station de bus et des arrêts le long des voies.•
La thématique :
La pratique d’activités physiques et sportives concerne aujourd’hui l’ensemble de la population et constitue un fait social majeur, cela nous a mené a choisir
le sport comme thème.
En Algérie Le manque d’équipements sportifs dignes de leurs noms persiste jusqu’aujourd’hui.
Actuellement, le lancement des projets de grands stades à travers le territoire national donne un souffle vital au domaine de la construction des stades.
Définition du stade :
Le stade est un équipement conçu spécialement pour la pratique du football et d’athlétisme garni de tribunes pour les spectateurs et comprend une piste
d’athlétisme.
Un nouveau concept de stade apparait : équipement adaptable à des activités multiples conçu pour un public varié, il doit être géré comme un pole
d’animation polyvalent avec le souci de participer au développement d’une vie urbaine active et harmonieuse.

Description du projet :
La construction d’un stade nécessite des discisions importantes en termes d’emplacement, de capacité, d’architecture et d’impact environnemental
les façades :
Les façades sont traitées d’une manière que les relations entre ses éléments soient facilement identifiables à savoir : la symétrie, le rythme, la hiérarchie de
traitement, la juxtaposition, …, ce qui confère à la façade une unité d’ensemble et une image signifiante.
Pour éviter la massivité et l’horizontalité du stade, on a opté pour la transparence et la légèreté au moyen des éléments fins et élancés.
Les parcours et les escaliers constituent des lignes de fuites qui accentuent la focalisation et la singularité du projet
Le parvis :
Selon les recommandations de la FIFA le site du stade doit être assez vaste pour permettre le regroupement et la circulation du public et des véhicules de
service donc il est nécessaire d’aménager un grand parvis autour du stade qui constitue le seuil du projet.
parking et accès :
Les stades doivent être conçus de manière à permettre l’arrivée, la circulation et le départ dans de bonne condition de milliers de personnes et de véhicules et
ce dans un bref laps de temps
Un parking d’une capacité de 4300 places est prévu pour accueillir le grand public situé sur le site du stade de manière à permettre aux spectateurs d’entrer
directement dans le stade
Un autre parking distinct de celui du public contenant 60 places prévu à proximité de l’entrée vip pour accueillir leur véhicules.
Une entrée spéciale est réservée aux media. 700 Places de parking doivent leur être réservé le plus prés possible de cette entrée
L’équipement est largement ouvert au public et véritablement accessible par les handicapés
Durant les jours de compétitions l’accès vers le stade se fait par 12 escaliers monumentaux, ces derniers traitent la foule comme un flux pour que le public
soit naturellement séparé et conduit sans bousculade, ainsi que deux rampes et des ascenseurs menant le public du parvis directement vers le niveau
intermédiaire
L’accès vers les tribunes hautes se fait par des escaliers débouchant vers les vomitoires
L’entrée des joueurs et des arbitres se fait par un tunnel qui donne directement sur le terrain de jeu.Les stades de football moderne doivent être conçu de telle manière que la sécurité et le confort de tout les spectateurs soit assurés et que le champ de vision
ne soit pas obstrué.
Selon les recommandations de la FIFA, tous les spectateurs doivent être assis afin de garantir un certain confort. Dans notre stade les place se repartissent
selon trois séries de gradins d’un coté et de deux séries de l’autre coté. Un nombre de place et réservé pour les VIP et les media, différentes et séparées de
celle du grand public.
Les sièges doivent être individuels, fixes et confortables.
Une couverture métallique est prévue afin de protéger les spectateurs des pluies et des rayons directs du soleil. Ce toit composé de deux ailes en partie
transparente est suspendu par des haubans aux aiguilles qui le traversent librement a l’extérieur des tirants assurent l’équilibre de la structure , ils contribuent
a la monumentalité de l’ouvrage.
Pour répondre à l’effet du vent sur la couverture, un contrepoids est posé entre la couverture et la verrière.
Pour éviter la monotonie ; nous avons fragmenté la couverture en deux parties. Pour Articuler les deux fragments de la couverture nous avons opté pour un
volume dans la partie nord et par des éléments de structure légers dans la partie sud.
L’air de jeu concentre toute l’attention des joueurs, des officiels, des spectateurs et des téléspectateurs. Elle est donc l’enjeu d’un grand nombre de décisions
cruciales. Le notre a 105m de longueur et 68m de largeur conformément aux normes de la FIFA.
13) LES ENTITES DU PROJET :
Notre projet s’agit d’un stade polyvalent, qui peut être utilisé même en dehors des jours de compétition en intégrant diverses activités qui se répartissent
selon plusieurs entités :
Au RDC :
L’entité des sportifs, disposée des vestiaires spacieux ainsi que d’installations qui permettront aux joueurs et aux officiers du match de s’attacher à leurs
activités respectives.
L’entité médicale et paramédicale : constituée d’un centre médico- sportif, une unité de récupération et un centre de réétudions.
L’entité de sécurité : elle comprend des salles de police et des postes de sécurité incendie.
L’entité de détente et de loisir : elle se compose des espaces de consommation, des boutiques ainsi qu’une salle de cinéma et une bibliothèque.
L’entité du personnel : qui regroupent les locaux techniques assurant le bon fonctionnement de l’équipement. Certain espaces se continuent dans le 1er
niveau comme les espaces de consommation, des activités culturelles et les salles de sport et d’exposition, Ainsi que les locaux techniques.
Au 2eme niveau se situent les bureaux de l’administration ; des espaces de détente et de loisir.
Sur chaque niveau des sanitaires sont prévue pour répondre aux besoins des utilisateurs.
Le 3eme niveau est le niveau intermédiaire entre les deux séries de gradin. Il constitue le niveau d’aboutissement et de circulation des
spectateurs il ne contient que des sanitaires, des points de rafraichissement et des kiosques.
Le 4eme niveau est réservé aux VVIP et VIP, et non accessible par le public, il contient des loges avec des façades vitrées donnant sur le terrain
de jeu. Des salons et des sanitaires sont aménagés pour assurer leur confort.
Conclusion
Tous les aspects de la vie sont soumis au progrès. Cela vaut aussi pour la construction et la rénovation des stades de football,
dont certains sont devenus des monuments urbains des temps modernes.
Une conclusion importante vaut plus que jamais : la sécurité et le confort des spectateurs sont indissociables. Des installations
améliorées garantissent une meilleure sécurité. Le confort se traduit par davantage d’espace pour chaque spectateur, moins de
distance à parcourir pour sortir du stade, davantage de portes d’accès, des espaces de détente et des toilettes publiques. Une fois tous
ces facteurs pris en compte, lorsque les barrières sont tombées et que la plupart des stades protègent leurs spectateurs du soleil ou de
la pluie, lorsqu’ils sont assis en toute sérénité au lieu de rester debout pendant des heures, alors nous pouvons profiter des éléments
qui rendent une manifestation sportive si séduisante, à savoir une ambiance détendue, excitante et captivante, sans être agressive.
Ces principes sont soulignés sur les recommandations et normes techniques pour les stades de football. Contribuent à ce que le
ballon rond ait sa place dans des stades à l’esthétique, au confort et à la sécurité de tout premier plan.
Les stades de football sont le théâtre de l’émotion et de la fascination, c’est le lieu de célébration de football dans le monde entier.







Participation n°5 architecte tunisien Hichem Djmail

Dans un monde idéal, le journaliste est la conscience de l’opinion publique, l’œil ouvert de la société civile. Il expose des faits susceptibles d’aider le public à accéder à la vérité. Le journalisme en Tunisie était pendant près d’un demi siècle un journalisme de gratitude voire superficiel. Une presse inféodée pour ne pas dire formatée. Les médias ainsi que l’ensemble du paysage médiatique, ne s’aventuraient pas sur le terrain de la critique. Est-ce l’absence de la conscience professionnelle ou un accablement politique qui dominait? Le journalisme citoyen a constitué le principal fer de lance de la révolution tunisienne, alors que les médias officiels restaient dans leur mutisme, le peuple inondait les réseaux sociaux de vidéos et de photos montrant la gravité de la situation, nos médias se limitaient à dire que ces événements sont des actes isolés et qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Ce qu’on appelle désormais le journalisme citoyen l’a emporté sur la presse classique. Le simple citoyen jonglait entre tagueur et poète, chanteur et photographe, journaliste et reporter… est-ce des souhaits refoulés qui se manifestent ou une réaction populaire temporaire ? Le 14 janvier 2011, la Tunisie a crié sa fureur, l’oppression à céder à la liberté d’opinion, après des décades d’attelage à coups de jougs, les ficelles de l’aube sont apparues et la liberté est acquise, l’expression renait de ses cendres sous des formes qui ont éblouies le monde. Comment peut-on alors protéger cet acquis et quelles sont les mesures à prendre pour entretenir ce trésor? De ce fait, Reporters Sans Frontières a profitée de cet instant pour ouvrir le 12 octobre 2011 son bureau en Tunisie pour une première dans ce pays. L’équipe sur place aura pour vocation d’interpeler les autorités sur les atteintes de la liberté de la presse et de les accompagner dans la reconstruction et le développement d’un secteur de presse stable déontologique et indépendant. Une manœuvre qui a pour but d’essayer de réviser la situation de la presse classique tunisienne. Doit-on alors être méfiants ou coopérant envers cet organisme étranger ? Le 1er octobre 2011 l’organisation a lancé pour la premier fois dans son histoire une campagne de communication afin de sensibiliser les citoyens tunisiens à l’importance de la liberté de la presse, ayant comme slogan « libre jusqu'à quand ? » et se décline en insertion de presse et affichage public. Un tel pas historique est redevable de recevoir tout le soutien nécessaire afin de s’incliner devant la liberté de presse et ses protecteurs, en leurs accordant un siège digne de respect, un locale phare au sein du théâtre des événements. Sous quelle forme un tel espace s’implantera –il dans la toile urbaine ? Et que seraient les plateformes d’interaction quand il s’agit de cibler les citoyens? « Une civilisation démocratique ne se sauvera que si elle fait du langage de l’image une provocation à la réflexion et non une invite à l’hypnose » Dans ce monde en perpétuelle restructuration, une actualité au quotidien, à l’heure, à la minute, une profusion de photographies est quasi instantanées, le photojournalisme demeure le premier vecteur de l’information, de prise de conscience de l’homme, de soif de liberté. Le photojournalisme est aussi essentiel, essentiel non seulement en tant qu’activité et profession, mais en tant que fondement éthique de notre vie culturelle et politique. La liberté et la transmission de l’information constitue un élément constitutif de la société ouverte. Cette discipline, constitue la première arme dont RSF dispose. Via la force qu’a l’image sur les esprits et le pouvoir provocateur de la photo, RSF s’exprime et arrive à communiquer ses attitudes. Critiquant ceci et dénonçant cela, RSF pousse les bornes la photographie et l’image au service de l’opinion publique. Quel est la démarche à suivre, afin de profiter de l’expérience de RSF dans cette discipline ? Et quel ajout peut-on dégager de ces connaissances ? La zone méditerranéenne se caractérise par une urbanisation poussée. Qu’ils soient stables ou en expansion, les centres urbains continuent de s’étendre vers l’extérieur. Les conséquences spatiales de ces transformations sont très visibles dans les villes, notamment celles des vieilles régions industrielles, cas de la petite Sicile, où se sont multipliées les friches, espaces en déshérence, anciennes usines délabrées ou vastes friches stériles, constituent le produit de ces mutations et traduisent l’inadaptation du contenant (le bâti) au contenu (le contexte urbain La régénérescence consiste à rendre la vie dans tels espaces en intégrant une fonction capable de remettre les connexions perdus entre le bâti et son contexte. Dans le cas de la reconversion de la Minoterie « le Boucs » à la petite Sicile pour en faire le local de RSF et l’exposition du photojournalisme, quelles sont les connexions qu’on peut établir ? D’abord : entre RSF et les lieux, entre RSF et le public et enfin entre le public et cet espace nouveau?







participation n°6 de l'architecte tunisien Wissem Haji

L’essor économique que connait la Tunisie depuis quelques décennies s’est orienté principalement vers le pole touristique. Un tourisme qui a su attirer les visiteurs de masse (principalement de l’autre méditerrané). La Tunisie devra affronter un nouveau défi qui est le tourisme d’affaire ou encore le tourisme de haut de gamme. Un secteur qui vise les hommes d’affaires et les visiteurs fortunés pour qui le confort et la disponibilité sont des facteurs indélébiles du séjour hôtelier.
Cette classe de touristes d’affaires se distingue par un très fort pouvoir de dépenses et une exigence de confort. Ainsi, ses besoins peuvent être exprimés en un seul terme le luxe. L’idée de mon projet est donc d’imaginer un pole touristique au centre de Tunis qui attirera une catégorie de personnes aisées. Cet établissement devra répondre aux attentes de cette classe sociale tout en tenant en compte leurs besoins et en faisant des choix architecturaux qui répondent aux termes de qualité spatiale aux normes de luxe.

Néanmoins, le luxe reste un synonyme de décoration et d’ornementation en se basant sur la rareté des matériaux et des objets. Ainsi, l’architecture de luxe est généralement interprétée par le couteux et l’accumulation du superflu et non pas par la qualité même de l’espace . La beauté de la forme architecturale et l’exploitation rigoureuse du matériau ; une architecture réfléchie.










Dernière édition par archi le Lun 20 Mai 2013 - 22:00, édité 1 fois

_________________
Je ne sais pas grand-chose, mais le peu que je sache, je le partage
avatar
archi
Admin
Admin

Féminin Messages : 1597
Points : 2592
Réputation : 167
Age : 31
Localisation : dz
Emploi/loisirs : Architecte

Voir le profil de l'utilisateur http://architous.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

les résultats du concours

Message par archi le Lun 20 Mai 2013 - 21:35


_________________
Je ne sais pas grand-chose, mais le peu que je sache, je le partage
avatar
archi
Admin
Admin

Féminin Messages : 1597
Points : 2592
Réputation : 167
Age : 31
Localisation : dz
Emploi/loisirs : Architecte

Voir le profil de l'utilisateur http://architous.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum