ArchiTous
Salam, bienvenue:

La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.

أهلا وسهلا بك زائرنا الكريم، إذا كانت هذه زيارتك الأولى للمنتدى، فيرجى التكرم بالتسجيل إذا رغبت بالمشاركة في المنتدى، أما إذا رغبت بقراءة المواضيع والإطلاع فتفضل بزيارة القسم الذي ترغب أدناه.
Derniers sujets
» Les cours Projet urbain CVP
Sam 15 Oct 2016 - 15:37 par imen

» urgent !!!!
Mer 12 Oct 2016 - 15:17 par nuno abdenour

» inscription M2 pour le système classique???????
Lun 15 Aoû 2016 - 17:57 par some body

» pdau et pos constantine
Ven 6 Mai 2016 - 1:31 par architima

» Aide moi svp sur *Architecture hôtelière *
Mer 4 Mai 2016 - 16:20 par nadourbain

» bibliothèque de livres de l'architecture et de la construction
Sam 12 Mar 2016 - 1:42 par archi

» un thème pour le memoire de recherche
Sam 12 Mar 2016 - 1:39 par archi

» Histoire De L'architecture - De L'antiquité a Nos Jours FREEEEE
Mer 24 Fév 2016 - 16:38 par lako

» Aide moi svp
Jeu 14 Jan 2016 - 14:24 par nadourbain

» la wilaya De Mostaganem
Mer 9 Déc 2015 - 16:12 par amina aicha

» Villes intelligentes (« smart cities »)
Mer 9 Déc 2015 - 16:09 par amina aicha

» méthode ilustrée de création architecturale
Dim 6 Déc 2015 - 22:15 par amina aicha

» 5 livres pour vous
Dim 6 Déc 2015 - 22:11 par amina aicha

freedom and justice to Palestine

ARCHITOUS HOUR
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 10 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 10 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 126 le Jeu 8 Sep 2011 - 20:38
la dualité: bonheur/malheur

« Lorsque le malheur touche l’homme il est plein d’impatience;et lorsque le bonheur l’atteint, il devient insolent. »le Coran el Karim


bonheur naît du malheur, le malheur est caché au sein du bonheur


On n'est jamais si malheureux qu'on croit ni si heureux qu'on avait espéré.


Le vrai bonheur coûte peu; s'il est cher, il n'est pas d'une bonne espèce.



le Corbusier et les plans d'Alger ... un échec impressionnant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le Corbusier et les plans d'Alger ... un échec impressionnant

Message par archi le Mar 3 Nov 2009 - 13:47

Le Corbusier en Algérie

Tout le monde sait que Le Corbusier est venu à plusieurs reprises à Alger. C’est presque un mythe : on pense qu’il a construit ceci ou cela, et même le Guide bleu d’une ancienne édition lui attribue un immeuble quelconque à la jonction du boulevard Mohamed V et du carrefour des facultés. En réalité, il n’a rien construit en Algérie, non pas faute de démarches et d’ambition, mais eparce que sa nature conquérante inquiétait les autorités locales. Le petit texte qui suit n’apprendra rien aux spécialistes (je pense en particulier à mon ami Alex Gerber, qui travailla plusieurs années en Algérie et qui fit sa thèse
de doctorat en Suisse sur "Le Corbusier et l’Algérie", à J. P. Giordani, qui enseigna l’histoire de l’architecture à l’EPAU et fit également une thèse sur le sujet, etc.) mais, dans son raccourci, il rétablira pour beaucoup la vérité sur l’histoire.


C’est au début des années trente, à l’occasion d’une rencontre sur l’urbanisme organisée par les architectes d’Alger, qu’il débarque, puis revient à plusieurs reprises avec sa valise pleine de projets. Ses conférences enthousiastes, qui stimulent de jeunes architectes acquis à ses doctrines (De Maisonseul, Emery, entre autres) et son projet fracassant d’aménagement d’Alger sont sans doute à l’origine d’une "école corbusiste" algérienne à laquelle se joignirent de bons architectes comme Miquel ou Simounet.

Le projet d’Alger fut baptisé " projet Obus" parce qu’il pulvérisait toutes les idées reçues : le long du littoral, de Saint-Eugène à Maison Carrée (de Bologhine à El-Harrach), dans un geste magistral, Le
Corbusier faisait sinuer un immeuble de plus de dix kilomètres, dont la toiture était une autoroute. Cet immeuble était conçu comme un meuble à casiers, chaque casier pouvant être aménagé en logement, avec sa propre façade, au gré de l’occupant ; on pourra même y faire du néo-mauresque,(je cite de mémoire), disait l’architecte. Les rues étroites de la ville coloniale, "où les gens se regardent d’une façade à l’autre et ne voient pas la mer" n’étaient, pour Le Corbusier, qu’un résidu urbain sans intérêt, autant les démolir ; à la place, des milliers de gens en première loge, feraient face à la Méditerranée. Quant à La Casbah, qui fut une découverte, voire même une révélation pour l’architecte, la route la survolait pour ne pas y toucher. On comprend la panique des notables. Démolir une partie de la ville coloniale, survoler La Casbah, investir d’un coup sur un ouvrage faramineux, paraissait (je dirais
même : était) une véritable folie.


Je crois que Le Corbusier­ lui-même ne croyait pas sa réalisation possible ; c’était plutôt un geste doctrinal, une démonstration futuriste, une grande idée de ce qu’on appelle "une prise de site" qui, d’ailleurs, fit des émules dans le monde, de l’Italie à l’Amérique du Sud. L’absurdité était sans
doute de le faire sur un territoire déjà urbanisé.


Paradoxalement, l’acquis le plus positif de ses voyages algériens fut la découverte de La Casbah et celle de la vallée du M’zab ; c’est en marchant dans la médina d’Alger qu’il réalisa à quel point l’architecture n’était pas un "spectacle" mais une organisation dynamique d’espaces et de volumes ; " l’architecture arabe nous donne un enseignement précieux. Elle s’apprécie à la marche, avec le pied : c’est en marchant, en se déplaçant, que l’on voit se développer les ordonnances de l’architecture. C’est un principe contraire à l’architecture baroque qui est conçue sur le papier autour d’un point fixe théorique. Je préfère l’enseignement de l’architecture arabe…", ou : "Tout est encore debout dans La Casbah d’Alger engorgée ; tous les éléments d’une architecture infiniment sensible aux besoins et aux goûts de l’homme. La ville européenne peut tirer un enseignement décisif, non qu’il s’agisse d’ânonner un glossaire d’ornements arabes, mais bien de discerner l’essence même d’une architecture et d’un urbanisme. D’autres problèmes sont alors posés, se référant à des coutumes différentes et devant satisfaire à d’autres besoins. Une base fondamentale est commune : le soleil d’Alger…" Il écrivit de nombreux textes sur La Casbah, qui sont parmi les meilleurs et les plus sensibles qui lui aient été consacrés. (Pour la petite histoire, rappelons qu’il fut agressé rue Sidi Abdellah par deux voyous qui, pour lui voler quelques francs, lui laissèrent toute sa vie des séquelles du coup qu’il reçut sur la nuque). Son influence sur la redécouverte des architectures dites traditionnelles, qui a par la suite remis en cause tout le concept académique du "monument historique" et celui de la composition classique des maisons et des palais, a été importante, d’autant que la plupart des architectes "modernes" étaient tournés uniquement vers les techniques du futur. C’est là un des aspects les plus intéressants de Le Corbusier : le sens de la contradiction, la vision culturelle, au-delà de ses propres
dogmatismes. Les visites au M’zab, qu’il survola dans le petit avion de Durafour avant de s’y promener, confirma et enrichit sa vision sur l’architecture vernaculaire.


Le Corbusier revint à Alger en 1942 et, sous l’influence de ses amis, fit partie de la commission chargée de rédiger un nouveau plan d’aménagement. A cette occasion, il présenta une variante assagie de son étude du centre de la ville ; au départ (dans les années 1930), il avait situé le gratte-ciel d’affaires sur la pointe de la Marine, commandant un espace de jardins où n’étaient conservés que les bâtiments à valeur historique. Dans le nouveau projet, il transporta l’immeuble sur le bastion de la Grande-Poste ; il dissocia clairement le quartier de la Marine et de la place des Martyrs, en tant que centre de la vie culturelle musulmane, et le bastion de la Poste, en tant que centre des affaires. On peut se demander si la démarche n’avait pas un caractère ségrégatif en accentuant le dualisme colonial commun à toutes les villes d’Algérie. Ses projets n’aboutirent pas. La période était mauvaise, il avait tenté de s’appuyer sur le régime de Vichy (qu’il quitta peu après en les traitant de crétins), mais la libération était proche et il fut mis à l’écart.

Pendant toute cette période (1930 – 1942), il produisit plusieurs projets : le projet Durand sur le plateau d’Ouchaya (où l’on dit qu’il dessina le club de tennis qui, en réalité, fut construit par l’architecte local Tombarel), une maison à Cherchell, un plan d’urbanisme à Nemours (dans l’ouest algérien) où il laissa Emery exploiter sans imagination les principes de la ville radieuse.

Ce que voulait Le Corbusier, c’était à la fois démontrer et bâtir. On peut regretter de ne pas avoir en Algérie de témoin tangible de son œuvre parce que son talent était immense, quelles que soient les impasses doctrinaires dans lesquelles il conduisit ses "disciples" et quelles que soient ses
ambiguïtés politiques. Il était toujours à la recherche d’un pouvoir fort qui imposerait ses vues. Il ne le trouva pas à Alger, mais, plus tard, rencontra Nehru et réalisa, au sommet de sa maturité, les beaux bâtiments de Chandigarh.


En 1957, Gérald Hanning, qui dirigeait l’Agence du Plan d’Alger, proposa de reprendre le projet de la Marine en y intégrant le building de Le Corbusier (à l’agence duquel il avait travaillé précédemment), mais en l’accompagnant d’un tissu urbain et commercial dense, faisant continuité avec la médina. En 1963 (sauf erreur), avec C. E. Bachofen qui dirigeait l’Atelier d’urbanisme de la wilaya, nous ressortîmes encore une fois le projet des tiroirs pour contrer celui de l’hôtel Aurassi qui, sur le plan du site d’Alger, allait être une verrue disproportionnée (même après que, pour des raisons de fondations, l’architecte Moretti ait réduit sa hauteur de moitié). Pour appuyer nos arguments, nous
avions organisé, rue Pasteur, une exposition sur l’œuvre de Le Corbusier.


Parmi les oeuvres marquées par son influence à Alger, ce sont évidemment l’Aérohabitat (architecte principal Miquel) qui reprend certains principes de l’unité d’habitation" en y ajoutant l’implantation remarquable dans le site, l’utilisation du dénivelé pour créer la galerie commerciale entre le niveau 0 amont et le niveau 0 aval ; et Djenane el Hassane (architecte Simounet) dont l’inspiration plastique, les voûtes étagées dans une pente abrupte, viennent des projets "Roc et Rob" que Le Corbusier imagina sur un versant montagneux du Midi de la France, ainsi que les nombreux projets d’Emery, réalisés avec le soin et le sérieux d’un émigré suisse : je laisse aux chercheurs le soin d’en dresser l’inventaire.
suivant Jean-Jacques Deluz

via: http://www.lesdebats.com/editionsdebats/200607/chronique%20DJJ.htm

_________________
Je ne sais pas grand-chose, mais le peu que je sache, je le partage

archi
Admin
Admin

Féminin Messages : 1596
Points : 2591
Réputation : 167
Age : 31
Localisation : dz
Emploi/loisirs : Architecte

Voir le profil de l'utilisateur http://architous.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

les raisons d'un échec

Message par archi le Mar 3 Nov 2009 - 14:11

Une première question se pose : comment expliquer cette série impressionnante d'échecs?
Deux typés de raisons peuvent être invoquées. Les premières sont d'ordre doctrinal. Le monolithisme et le schématisme modélisateur des théories et propositions corbusiennes heurtent de front la politique de modernisation de l'équipe Prost, et en particulier la façon dont celle-ci prenait en compte le contexte local, au sens où l'avait défini Georges Marçais pour qui «la topographie initiale du site crée la personnalité étonnante de la ville (d'Alger), justifie le tracé `de ses rues' qu'elle différencie ainsi de toutes les villes musulmanes»''. A l'inverse, au lien d’adapter le plan à la nature il plie la nature au diktat d'un plan standard et refuse de s'investir dans des études préalables. («Je n'ai ni le temps à consacrer aux enquêtes nécessaires, ni le goût de plonger dans l'étude minutieuse pour acquérir un jugement `scientifique' sur les peuples...», avoue-t-il)".

Le caractère traumatisant de ce refus du réel peut être illustré par deux remarques émanant respectivement d'un journaliste, Victor Barrucand, et d'un architecte pourtant favorable
aux idées corbusiennes, Louis Miquel. Le premier note plaisamment : «M. Le Corbusier voit très grand et surtout très haut. Il ne nous a pas parlé des tremblements de terre, mais je pense
qu'il les a supprimés»
. Le second indique, à propos des immeubles d'habitation du tout dernier projet de Le Corbusier pour Alger :

«Alors que je m'ingéniais à les disposer en essayant de composer, il me dit, à mon grand étonnement : `mais non, parachutez-les!'».



la topographie du site d'Alger: une reproduction d'une maquette en relief par PA Emery , CH H Breuillot

Les échecs de Le Corbusier ont cependant une autre raison, peut-être encore plus déterminante, qui est d'ordre psychologique et caractériel. Ses idées fixes, son intransigeance, son mépris des autres lui aliènent beaucoup de ceux qui l’ont soutenu : tels Louis Mique. et Edmond Brua qui avaient pourtant pris résolument son parti à la suite des meetings désastreux tenus à Paris, en 1932, ou
Encore tels Raymond Coquerel et Pierre Renaud qui, au sein de comité régionale, entrent en conflit avec lui en le voyant s’approprier le travail de leur équipe, en particulier leur concept de cité satellite.
Dès lors se pose une deuxième question : pourquoi la résistance d'hommes comme Coquerel, Rotival et Renaud, entre autres, a-t-elle eu si peu d'efficacité et comment les idées des CIAM ont-elles pu, à partir de 1942, occuper le devant de la scène algéroise, balayer l'influence de Prost et des régularisateurs, pour s'imposer définitivement après la Deuxième guerre mondiale?

référence :
un livre ( dsl j'ai oublié le titre ) , chapitre : une tendance progressiste , Page 105, 106 .


_________________
Je ne sais pas grand-chose, mais le peu que je sache, je le partage

archi
Admin
Admin

Féminin Messages : 1596
Points : 2591
Réputation : 167
Age : 31
Localisation : dz
Emploi/loisirs : Architecte

Voir le profil de l'utilisateur http://architous.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: le Corbusier et les plans d'Alger ... un échec impressionnant

Message par chahra le Ven 20 Jan 2012 - 20:04

merci

chahra

Féminin Messages : 684
Points : 701
Réputation : 6
Age : 43
Localisation : Alger
Emploi/loisirs : Architecte

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le Corbusier et les plans d'Alger ... un échec impressionnant

Message par archieco le Mar 19 Juin 2012 - 21:45

merci

archieco

Masculin Messages : 5
Points : 8
Réputation : 3
Age : 29
Localisation : ALGERIE
Emploi/loisirs : ARCHITECTE

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le Corbusier et les plans d'Alger ... un échec impressionnant

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:57


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum