ArchiTous
Salam, bienvenue:

La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.

أهلا وسهلا بك زائرنا الكريم، إذا كانت هذه زيارتك الأولى للمنتدى، فيرجى التكرم بالتسجيل إذا رغبت بالمشاركة في المنتدى، أما إذا رغبت بقراءة المواضيع والإطلاع فتفضل بزيارة القسم الذي ترغب أدناه.
Derniers sujets
» PUD de la ville d'ORAN
Sam 10 Juin 2017 - 18:38 par linaarchi

»  exempls de Memoires M2 pour systeme classique intégré EN M2
Ven 7 Avr 2017 - 13:41 par archi

» Les cours Projet urbain CVP
Sam 15 Oct 2016 - 15:37 par imen

» urgent !!!!
Mer 12 Oct 2016 - 15:17 par nuno abdenour

» inscription M2 pour le système classique???????
Lun 15 Aoû 2016 - 17:57 par some body

» pdau et pos constantine
Ven 6 Mai 2016 - 1:31 par architima

» Aide moi svp sur *Architecture hôtelière *
Mer 4 Mai 2016 - 16:20 par nadourbain

» bibliothèque de livres de l'architecture et de la construction
Sam 12 Mar 2016 - 1:42 par archi

» un thème pour le memoire de recherche
Sam 12 Mar 2016 - 1:39 par archi

» Histoire De L'architecture - De L'antiquité a Nos Jours FREEEEE
Mer 24 Fév 2016 - 16:38 par lako

» Aide moi svp
Jeu 14 Jan 2016 - 14:24 par nadourbain

» la wilaya De Mostaganem
Mer 9 Déc 2015 - 16:12 par amina aicha

» Villes intelligentes (« smart cities »)
Mer 9 Déc 2015 - 16:09 par amina aicha

freedom and justice to Palestine

ARCHITOUS HOUR
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 11 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 11 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 126 le Jeu 8 Sep 2011 - 20:38
la dualité: bonheur/malheur

« Lorsque le malheur touche l’homme il est plein d’impatience;et lorsque le bonheur l’atteint, il devient insolent. »le Coran el Karim


bonheur naît du malheur, le malheur est caché au sein du bonheur


On n'est jamais si malheureux qu'on croit ni si heureux qu'on avait espéré.


Le vrai bonheur coûte peu; s'il est cher, il n'est pas d'une bonne espèce.



Rem Koolhaas, LA VILLE GENERIQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rem Koolhaas, LA VILLE GENERIQUE

Message par archi le Sam 23 Jan 2010 - 19:05

Rem Koolhaas, LA VILLE GENERIQUE S,M,L,XL - 1995

Rem Koolhaas est né à Rotterdam en 1944. Il est à la fois architecte, journaliste, écrivain, et professeur à l’école d’architecture de Harvard. Issu du mouvement du constructivisme, il est auteur de Euralille, co-auteur du livre « SMLXL » (1995), qui est un vrai manifeste d’urbanisme comparable à « Quand les cathédrales étaient blanches » de Le Corbusier.

Concept majeur développé par l’architecte hollandais, la ville générique se réfère à l’idée d’une ville sans qualité ni identité particulière, amnésique, appelée à se répandre inexorablement dans le monde entier :
Koolhas est le porte parole d’une volonté d’émancipation du contemporain face à la ville d’hier. Ce qui se fait maintenant n’est pas forcément pire que ce qui se faisait hier. Cela implique le renoncement à l’identité telle que nous la concevons, considérée comme un mythe, en particulier celle des villes européennes. Dans la ville générique, les centres historiques sont noyés comme des vestiges inutiles dans leurs périphéries. C’est en fait la périphérie qui est érigée en vraie ville, ce qui marque une rupture avec l’asservissement au centre. Cette conception s’oppose donc foncièrement à celle qui est développée à l’égard de nos villes européennes, où le centre historique est survalorisé, alors que la périphérie est souvent perçue comme un espace de « chaos ». La perte d’identité de la ville générique se rapporte au fait que la ville contemporaine est vouée, comme déjà l'aéroport, à être toujours "pareille", identique à elle-même, notamment parce que la croissance urbaine exponentielle que nous connaissons condamnerait immanquablement la ville historique et le passé en général (et peut être l'ensemble de la culture historique européenne) à être en quelque sorte "trop petits" pour contenir tant de destinées humaines et tant de phénomènes, et tant de mouvements économiques.
La ville générique est en fait la répétition du même module ; c’est à la fois un produit qui est semblable, similaire dans le monde entier, mais c’est également un concentré d’identité locale. Elle est sur ce point comparable à l’aéroport, théâtre d’une « exhibition de parfums, de photos, de végétations et de produits locaux », autrement dit d’un hyper local, mais aussi d’un hyper global, avec dans tous les aéroports les mêmes magasins détaxés, les mêmes espaces grandioses. La ville générique serait donc une ville sans histoire mais aussi sans territoire, soumise aux mouvements des informations et des capitaux. Elle serait un lien avec tout ce qui a une utilité
marchande, fonctionnelle ou ludique (ce qui est aujourd’hui une catégorie du marchand). On y abandonne tout ce qui ne fonctionne pas, pour raisonner seulement en terme de mobilité et de flux : flux de personnes, de marchandises, d’informations.
La « generic city » s’auto génère donc dans un contexte de mobilité des populations, qui induit que les gens ne s’approprient pas les lieux, contrairement aux villes européennes
actuelles. Chez Koolhas, contradictions et tensions se résolvent par conséquent dans une médiocrité planétaire dont il fait l’apologie, dans la mort annoncée de la ville et de l’architecture.
En lien avec l’idée de la ville générique, Koolhas a développé tout un discours qui s’oppose aux idées de « développement durable », de « participation » actuellement à la mode. Il constate l’exclusion, la violence, la pauvreté, la ségrégation urbaines, et surtout les conceptualise afin de les accepter comme « naturels », inhérents à l’humanité, voire même de les instituer comme des instruments de planification.
Ainsi, pour Koolhas, la ville n’est plus une question de conception, mais un problème de gestion. De même, elle n’est plus projet mais processus. Surtout, elle n’a plus de forme ; c’est seulement une manifestation visuelle de contradictions sociales et économiques.
Il faut noter que ce modèle de ville suppose, selon Koolhaas, un pouvoir politique fort, apte à gérer les évolutions de cette forme, plus que sa conception proprement dite.
Enfin, la ville générique induirait la création de nouvelles frontières. Ainsi, elle aurait pour conséquence la fin de l’Etat qui n’aurait plus d’utilité, mais également une privatisation de l’espace public. Ce phénomène de privatisation existe déjà dans nos villes françaises, avec le développement d’espaces semi-privatifs, tels que les galeries marchandes. L’archétype de sa ville générique est Mexico, ou Calcutta.

Composantes de la ville générique
La Bigness :
elle se traduit par une position opposée au « Small is beautiful, qui sous-tend la stratégie de développement par des petits projets, contre les « éléphants blancs » de la bigness, c’est à dire des projets pharaoniques d’extension de la ville. La bigness signifie qu’à partir d’une certaine dimension, on ne peut plus parler d’une seule architecture mais plutôt d’architectures plurielles. D’un côté, cela crée une espèce d’éclatement des différentes valeurs, mais qui sont quand même intégrées dans une entité, un tout.
La bigness induit le fait que la rue est morte dans la ville générique. Il ne reste plus que des voies entourées de verticalité : selon Rem Koolhaas, « la densité verticale isolée est l’idéal ».
Rem Koolhas et le « fuck context » : cette théorie est plus complexe qu’il n’y paraît. Il faut se rapporter à son contexte pour comprendre le "fuck context", qui était à sa naissance très lié au Bigness. Koolhas disait que dans certains cas, il n’y a tout simplement pas de relation possible entre ce qui est nouveau et ce qui existe, et que ce qui existe déjà n’est pas toujours bien.
Appliqué à la « generic city », le « fuck context » signifie qu’elle ne tolère au mieux qu’une coexistence avec la ville traditionnelle, et au pire elle la nie.
d'après: Dossier EURA

_________________
Je ne sais pas grand-chose, mais le peu que je sache, je le partage
avatar
archi
Admin
Admin

Féminin Messages : 1597
Points : 2592
Réputation : 167
Age : 32
Localisation : dz
Emploi/loisirs : Architecte

Voir le profil de l'utilisateur http://architous.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rem Koolhaas, LA VILLE GENERIQUE

Message par archi le Sam 23 Jan 2010 - 19:15

Notes de lecture de Elodie LAROUSSE & Marc MIDAVAINE

Contexte
Durant les années 1990, Rem Koolhaas s'est investi dans les problématiques
propres à l'urbanisme et aux infrastructures caractéristiques à l'Asie. A la suite d'une période d'études urbaines en Taïlande, au Vietnam et en Corée étalées sur 10 ans. Koolhaas écrit le concept de la ville générique lié à la mondialisation et à la croissance urbaine qui se fait de manière exponentielle.

Thèmes
Rem Koolhaas pose le problème de l'homogénéisation des villes à travers
la mondialisation et l'urbanisation.
Il dénonce la ville comme « moyen actuel » pour que la ville puisse
évoluer sans contrainte.
La ville générique ne répond alors qu'à une offre et une demande. 1950, seuls Londres et New-York comptent plus de 8 millions d'habitants. Aujourd'hui, on compte 22 mégalopoles dans le monde.
2015, on prévoit la présence de 33 mégalopoles.
* 27 seront situées dans les pays en développement,
* dont 19 seront situées en Asie.
Aujourd'hui, on observe l'apparition et l'expansion de ville générique, situées principalement en Asie.
Elles sont le fruit de la mondialisation. On définit les villes génériques comme étant des mégalopoles dont la croissance est exponentielle.
La ville générique est donc en pleine explosion économique et démographique.
. Elle est en perpétuelle mutation.
. Elle en oublie sont identité.
. Chaque bâtiment est conçu comme un élément autonome.
La ville générique n'a donc pas un style architectural, mais des styles
multiples. L'architecture dans la ville génériqueest utilisée comme réponse immédiate à la demande.

FUGACITE
''Caractère passager de quelque chose'' Proche de la notion d'éphémère, la
fugacité pourrait rappeler le caractère négligeable de l'existence.
Il est donc question du temps qui s'écoule et du vieillissement. Ainsi, un objet ''neuf'' est créé dans l'immédiat afin de répondre à une demande, mais il est rapidement obsolète alors que la demande évolue.
L'avantage qu'il avait hier, devient un frein aujourd'hui. L'objet doit être détruit et remplacé. Il est donc un pur fruit de la consommation. ''Je suis vieux trop tôt et je suis jeune trop tard.'' Jacques Chancel

CHAOS
Le chaos est une notion dynamique qui traite paradoxalement de l’ordre
caché, notion statique.
Le chaos se conçoit en tant que système cyclique, dans lequel un élément infime non prévisible est déterminant dans l’ordre a priori donné de l’état initial. Celui-ci vient perturber cet ordre en le désordonnant pour en recréer un autre : le cycle reprend son cours dans un état quasi initial.
Le chaos est donc un système où il y a a priori un ordre mais celui-ci n’est
pas déterministe.
La Ville Générique répond àla théorie urbaine suivante: A quoi ressemble la ville connectée avec le monde ?
. Dans notre société de consommation, l'architecture esthétique n'a plus lieu d'être.
. la chose la plus primordiale est la rapidité de la circulation des flux.
. Transporter Rapidement
. La Ville Générique s'apparente alors à un aéroport relié avec le monde: tout
est en mouvement, en agitation.

_________________
Je ne sais pas grand-chose, mais le peu que je sache, je le partage
avatar
archi
Admin
Admin

Féminin Messages : 1597
Points : 2592
Réputation : 167
Age : 32
Localisation : dz
Emploi/loisirs : Architecte

Voir le profil de l'utilisateur http://architous.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rem Koolhaas, LA VILLE GENERIQUE

Message par archi le Sam 23 Jan 2010 - 19:25

mon encadrement.... Archi ( DG)
la ville générique:
c'est à cause de la mondialisation que les villes deviennent de plus en plus uniformes, standardisées sans spécificité : d’une métropole à l’autre ,
Pour Rem Koolhaas, la ville générique est une ville qui a perdu son identité , elle se caractérise principalement par le "bigness" (immensité des proportions), et le chaos.
« La ville générique est libérée de l’identité et de la centralité de la ville classique. »
elle se ressemble dans ses caractéristiques à l’aéroport: " Le voyageur
n’est plus dépaysé en atterrissant à Shanghai ou à Dubaï1" .

_________________
Je ne sais pas grand-chose, mais le peu que je sache, je le partage
avatar
archi
Admin
Admin

Féminin Messages : 1597
Points : 2592
Réputation : 167
Age : 32
Localisation : dz
Emploi/loisirs : Architecte

Voir le profil de l'utilisateur http://architous.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rem Koolhaas, LA VILLE GENERIQUE

Message par R@Y@NE le Mar 19 Oct 2010 - 13:58

merçiii

R@Y@NE

Féminin Messages : 2
Points : 2
Réputation : 0
Age : 26
Localisation : Algeria
Emploi/loisirs : étudiante

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rem Koolhaas, LA VILLE GENERIQUE

Message par archi le Mar 19 Oct 2010 - 20:32

your'e welcom Very Happy

_________________
Je ne sais pas grand-chose, mais le peu que je sache, je le partage
avatar
archi
Admin
Admin

Féminin Messages : 1597
Points : 2592
Réputation : 167
Age : 32
Localisation : dz
Emploi/loisirs : Architecte

Voir le profil de l'utilisateur http://architous.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rem Koolhaas, LA VILLE GENERIQUE

Message par noor le Ven 12 Nov 2010 - 13:38

merciiiiii...bcp

noor

Féminin Messages : 49
Points : 49
Réputation : 0
Age : 31
Localisation : BBA
Emploi/loisirs : étudiente

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rem Koolhaas, LA VILLE GENERIQUE

Message par chahra le Lun 30 Jan 2012 - 22:45

merci archi

chahra

Féminin Messages : 684
Points : 701
Réputation : 6
Age : 44
Localisation : Alger
Emploi/loisirs : Architecte

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rem Koolhaas, LA VILLE GENERIQUE

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum