ArchiTous
Salam, bienvenue:

La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.

أهلا وسهلا بك زائرنا الكريم، إذا كانت هذه زيارتك الأولى للمنتدى، فيرجى التكرم بالتسجيل إذا رغبت بالمشاركة في المنتدى، أما إذا رغبت بقراءة المواضيع والإطلاع فتفضل بزيارة القسم الذي ترغب أدناه.
Derniers sujets
freedom and justice to Palestine

ARCHITOUS HOUR
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 13 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 13 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 126 le Jeu 8 Sep 2011 - 20:38
la dualité: bonheur/malheur

« Lorsque le malheur touche l’homme il est plein d’impatience;et lorsque le bonheur l’atteint, il devient insolent. »le Coran el Karim


bonheur naît du malheur, le malheur est caché au sein du bonheur


On n'est jamais si malheureux qu'on croit ni si heureux qu'on avait espéré.


Le vrai bonheur coûte peu; s'il est cher, il n'est pas d'une bonne espèce.



Tableau périodique 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tableau périodique 100%

Message par ninaarchi le Jeu 27 Aoû 2009 - 14:15

Antiquité, période de l’histoire occidentale qui commence avec la naissance du monde grec vers 2000 av. J.-C.,
Pendant l’âge du bronze, et s’achève à la fin de l’Empire romain d’Occident en 476 apr. J.-C.
L’expansion grecque puis l’occupation romaine a marqué la langue, les lois, l’organisation sociale, l’économie, les techniques des peuples colonisés du bassin méditerranéen et de l’Europe continentale. L ’Antiquité gréco-romaine tient une grande place dans l’Europe occidentale qui y a puisé régulièrement ses modèles artistiques, scientifiques, intellectuels, politiques, juridiques, etc. La religion chrétienne nous vient de Rome. Le vocabulaire savant est entièrement formé à partir de mots grecs ou latins. L’Empire romain ne cessa d’être une source d’inspiration pour les gouvernants, de Charlemagne aux dernières entreprises colonialistes.
LA CIVILISATION MESOPOTAMIENNE
A CIVILISATION MESOPOTAMIENNE
Mésopotamie (en grec, « le pays entre les deux fleuves »), l'un des berceaux de la civilisation urbaine, correspondant à l'Irak et à la Syrie orientale actuels, entre le Tigre et l'Euphrate.
LES PERIODES :
 Sumérienne : 3500 à 2000 av J-C, capitale : Ur. Mésopotamie
 Babylonienne : 2000 à 1800 av J-C, capitale : Babylone.
 Assyrienne : 1800 à 300 av J-C, capitale : Khorsabad.

LA SITUATION

Mésopotamie est un nom grec qui signifie « entre deux fleuves ». Cette région couvrait, entre le Tigre et l'Euphrate, l'est de la Syrie, le sud-est de la Turquie et la plus grande partie de l'Irak actuels.
LES FONDEMENTS THEORIQUES :
Ils avaient peur des phénomènes naturels, les prêtes interprétaient ces phénomènes. Les rois étaient les protecteurs de la cité. Le pouvoir des tètes était supérieur à celui des rois. Mésopotamie et Empire perse
LA CIVILISATION MESOPOTAMIENNE
LES VILLES : Il y eu pour la première fois sédentarisation de l’homme. Les villes étaient des citées état avec un gouverneur dans chaque citée.
Les villes sont déférentes dans chaque période :
 Période Sumérienne : villes ovales, édifices publiques au centre.
 Période Babylonienne : villes à tracé régulier, les temples étaient au centre tendis que les palais en périphérie
 Période Assyrienne : villes à tracé régulier, édifices publique au centre.

LES CARACTERISTIQUES :
 La naissance de la cité d’état
 L’affirmation de la masse qui s’immobilise le pouvoir (religieux +politique).
 L’affirmation de la verticalité (verticalité croissante).
 La détermination de l’angle droit et le développement du plan rectangulaire.
 Traitement des surfaces par des niches, des éléments plastiques, décoration en couleur (brique émaillé).
 Utilisation du mur à Redon qui entoure tout l’édifice.
 Utilisation des créneaux et merlons comme frises supérieurs des murs.
 La Ziggourat était régit par un axe symétrie, le palais n’obéit à aucune loi de symétrie.
 La figure de base : le rectangle
 Les matériaux de construction : Brique d’argile Argile séchée au soleil. Argile cuite. La pierre

Les significations de l’architecture développées de cette manière, prennent un caractère symbolique : les valeurs l’importance, le pouvoir d’un souverain sera en fonction de la hauteur des édifices, ainsi élevés, ce pouvoir va tester dans des mur qui paraissent impénétrable
• Une divinité à tête des serpents couronnée d’une coiffe en bitume.
LA CIVILISATION MESOPOTAMIENNE


Une déesse ailée.
• Le pouvoir des prêtres était plus important que le pouvoir des rois.
.
TECHNIQUES DE CONSTRUCTION :

 La dimension des espaces dépendait de la portée, de la toiture, des terrasses lourdes
 Mur massif
 Pas d’ouvertures
 Les espaces soient ouverts sur une coint d’intérieur
 L’utilisation des murs à redent
 Traitement des surfaces par des niches, des éléments plastiques, décoration en couleur (brique émaillé).
 Utilisation des créneaux et merlons comme frises supérieurs des murs.

TYPOLOGIE :
Les maisons :
Les premières habitations étaient circulaires, en roseaux et boue, puis est apparu un plan plus affirmé en brique.

Les palais :

Appartenaient aux gouverneurs, ils étaient grand car plus la taille est importante plus la force de la roi accrue

Les temples (la Ziggourat) : Ziggourat d'Ur
Ziggourat d'Ur
LA CIVILISATION EGYPTIENNE


Construite sous le règne d'Ur-Nammu (2113-2095 av. J.-C.) puis celui de son fils Shulgi, la ziggourat de Nanna, à Ur, a été entièrement remodelée par Nabonide, dernier souverain babylonien (556 à 539 av. J.-C.) avant la conquête de la Mésopotamie par les Perses. Elle était dédiée au culte du dieu-lune sumérien Nanna et de son équivalent babylonien Sin.
A CIVILISATION EGYPTIENNE

INTRODUCTIION :
Égypte ancienne, art de l', production artistique et architecturale de la civilisation de l’Égypte ancienne, des temps préhistoriques jusqu’à la conquête romaine, en 31 av. J.-C.
L’Égypte a connu la continuité historique la plus durable de toutes les civilisations méditerranéennes de l’Antiquité, entre le début du IIIe millénaire av. J.-C. et le IVe siècle apr. J.-C. La géographie du pays — isolé par les déserts et unifié par le Nil —, et sa relative étanchéité aux influences culturelles extérieures ont donné naissance à un style artistique très spécifique qui s'affine au cours de cette longue période, tout en faisant preuve d'une étonnante continuité. L’art sous toutes ses formes est essentiellement consacré au pharaon, souverain d’Égypte et véritable dieu vivant, ainsi qu’à la mythologie et à la religion, cette dernière ayant ses racines dans l'animisme et le culte de la nature.
Depuis les origines, la croyance égyptienne en une vie après la mort impose que les défunts soient enterrés avec leurs biens matériels, afin de pouvoir subsister et tenir leur rang dans l’au-delà. Les cycles réguliers de la nature — la crue annuelle du Nil, les saisons et la progression du soleil qui régit le jour et la nuit — sont considérés comme des dons des
LA CIVILISATION EGYPTIENNE

dieux au peuple d’Égypte. La pensée, la morale et la culture égyptiennes s’enracinent dans un profond respect de l’ordre et de l’équilibre du monde ; le changement et la nouveauté n’y ont donc pas de valeur en eux-mêmes, ce qui explique que le style et les conventions figuratives de l’art égyptien, établis très tôt dans le cours du développement de cette civilisation, soient demeurés presque inchangés durant plus de trois mille ans. Aux yeux de l’observateur moderne, l’expression artistique égyptienne se caractérise par des formes hiératiques et épurées, son intention n’étant nullement de restituer l’apparence réelle des choses, mais plutôt de saisir pour l’éternité l’essence d’une personne, d’un animal ou d’un objet.
Au Ve siècle av. J.-C., l’historien grec Hérodote écrit dans ses Histoires que « l’Égypte est un don du Nil. » Cependant, le Nil, pour qu’il soit source de prospérité, doit être maîtrisé en amont et en aval.
Et la civilisation égyptienne, inscrite au cœur d’un territoire peu hospitalier, s’est développée dans la vallée creusée par le fleuve nourricier. L’Égypte ne peut être forte que si son territoire est unifié et placé sous l’autorité d’un souverain puissant. Que le pouvoir s’affaiblisse, et l’éclatement survient, accompagné d’une cohorte de fléaux, invasions, misère et régression sociale.
L’histoire de l’Égypte ancienne est ainsi marquée par une alternance de périodes prospères et de périodes dites « intermédiaires ». Au-delà des vicissitudes, toutefois, prévaut la continuité. Carte de l'Égypte ancienne
LA SITUATION

Egypte actuelle, désert immense traversé par le Nil, axe terrestre, (sud –nord) conjugué à un céleste (est-ouest), la course du soleil. Au nord la basse Egypte, au sud la haute Egypte, à l’est citée des vivants et à l’ouest la citée des mort.

LA CIVILISATION EGYPTIENNE

LES PERIODES DE CETTE CIVILISATION :

1. Ancien empire : 2850 A 2052 av. JC.
2. Moyen empire: 2052 à 1570 av .JC .
3. Nouvel empire : 1570 à 715 av .JC.

LES FONDEMENTS THEORIQUES :

 Phénomènes de cycles (cycle des crues, des eau d’infiltration, de la course du soleil et la fête d’Opte) qui faisait croire aux égyptiens que le temps était immobile et qu’il y avait une vie après la mort.
 Les égyptiens ont imaginé la naissance du monde l’esprit, qui leur a ordonné d’en prendre soin risque de le prendre.
 Culte du dieu soleil Re, le pharaon était son représentant sur terre.



LES CARACTERISTIQUES

 l’existence de deux axes (source du soleil -direction du Nil).
 masse mégalithique durable des édifices(le pyramide).
 ordre orthogonal et importance des axes.
 espace clos.
 ferme équilibrée.

Typologie :Le temple : Le temple sera composé d’une salle hypostyle, qui représente l’inverse végétal. L’entrée du temple sera composée d’un pylône symbolisant les chaînes de montagnes Arabiques et libyques, après avoir franchi le pylône, on sera en présence d’un cours de colonnades
LA CIVILISATION EGYPTIENNE


Le temple sera organisé selon un chemin axial (Nil) qui nous mènera au sanctuaire (lieu ouis posera la divinité), le passage suivant ce chemin se fera de l’espace le plus éclairé à l’espace le moins éclairé (le passage du jour à la nuit).
Les édifices égyptiens représentent d’une manière générale une synthèse de quatre principaux vecteurs :
 L’oasis clos.
 La masse mégalithique durable (le pyramide).
 L’ordre orthogonal.
 La fonction axiale.
1. Les tombaux :
Mastaba : La première pyramide
L’édifice, constitué de six degrés superposés (comme un escalier monumental), est le premier monument de pierre du pays. Conçu d’abord comme un mastaba, il a été agrandi et surélevé à plusieurs reprises. C’est ainsi que la construction est devenue une pyramide.
La chambre funéraire royale se trouve sous la pyramide. Son contenu, pillé dès l’Antiquité, a disparu.
Les pyramides :

Pyramide de Gizeh (Egypte) Pyramide de Snéfrou (Dahshour) Pyramide de Saqqarah
LA CIVILISATION EGYPTIENNE

anisation de la pharaonique société Pyramide de Gizeh (Egypte)

ninaarchi

Féminin Messages : 7
Points : 12
Réputation : 3
Age : 31
Localisation : annaba
Emploi/loisirs : architecte

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tableau périodique 100%

Message par archideco le Jeu 31 Déc 2009 - 9:26

merci beaucoup Very Happy

archideco

Masculin Messages : 2
Points : 2
Réputation : 0
Age : 46
Localisation : constantine
Emploi/loisirs : architecte

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tableau périodique 100%

Message par chahra le Ven 20 Jan 2012 - 18:17

MERCI

chahra

Féminin Messages : 684
Points : 701
Réputation : 6
Age : 44
Localisation : Alger
Emploi/loisirs : Architecte

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tableau périodique 100%

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum